Programmation

Expositions

Mâchefers

Charly BECHAIMONT

carton d'invitation Mâchefers

« MÂCHEFERS » est la première exposition personnelle de Charly Bechaimont, né en 1991 à Saint Dié des Vosges et récemment diplômé de l’ESAD de Reims. Le travail de Charly Bechaimont est immédiat, frontal, il se présente comme une urgence. L’artiste évite les bavardages, les gestes faciles et compose une oeuvre à la fois directe, percutante, mais empreinte de respect et de tendresse pour les siens, pour sa communauté de voyageurs. À l’occasion de «Mâchefers», Charly Bechaimont présente 6 oeuvres, réalisées récemment. 

Largement autobiographique, son oeuvre aborde les objets comme quelque chose d’organique, ainsi les immenses bâches de camions (2/ sans titre (bâches de camions) 2022) deviennent des peaux usées, tannées, salies, elles évoquent l’usure de la vie, le Père qui se lève très tôt et se tue au travail sur les stands de marchés. La veste déposée  sur le mur en fin de journée dégouline de goudron, matière toxique qui évoque la sueur pour l’artiste, une sueur abondante, une vie qui file, un corps politique, « précaire et dominé » selon ses mots. Alors il y a urgence, il faut créer. On retrouve Charly nu sur un tas de goudron, il s’affaire, il semble se laver, il déverse une bouteille au dessus de sa tête. En regardant attentivement on reconnaît la forme familière d’une bouteille d’huile pour le moteur des voitures. On sait que l’huile c’est bon pour la peau. Mais pas là. Encore une fois le corps se frotte à une réalité toxique, il rougit, il semble faire très froid. Présentée sur un vieux téléphone, la vidéo n’est visible que par un nombre de spectateurs restreint à la fois. Ce mode de monstration touche à l’intime, on ressent le froid, on redoute les effets de l’huile moteur, et on frémit lorsque l’artiste vide une cannette de bière sur lui pour se rincer. Dans l’urgence on oublie la notion de confort, on traîne sa vie comme on peut, on (r)amasse et on avance. Au sol une valise dégueule, on s’approche et on identifie des plaques de goudron, couvertes de boue. Il s’agit d’une oeuvre réalisée en collaboration avec Aurélie Jouanen, jeune diplômée elle aussi. Cette oeuvre a été réactivée à l’occasion de l’exposition « Mâchefers » , elle marque un nouveau point sur les cartes  des jeunes artistes : le prélèvement de goudron a été effectué à Val de Vesle (leur premier prélèvement a été fait dans la cour de l’école de l’ESAD). Rangés comme on aurait rangé chemises et chaussette, les morceaux de goudrons évoquent le chemin, ce qu’on laisse et ce qu’on prend, ce qui nous accompagne. Mais ce n’est pas tout, il y a ce poids, cette vie qu’il faut tirer-pousser, mais qui vaut le coup, parce qu’on peut encore créer.

Membre de la communauté des voyageurs, Charly Bechaimont a quitté l’école en CM2 afin de participer à l’économie familiale, son parcours l’a amené plus tard à la Villa Arson à Nice, puis il a rejoint l’ESAD de Reims d’où il vient de sortir diplômé à 32 ans. Surgissant de lui même cet artiste tisse une oeuvre tendre et percutante; transfuge social, il interroge le chemin parcouru et avance avec le sentiment qu’il faut créer de toute urgence.

Commissariat : Sophie Hasslauer

21.10-10.12-2022

Vernissage le 21 octobre 2022 à partir de 18h

Causerie avec l’artiste le 10 novembre 2022 à 19h

Vente de T-Shirt (pièces uniques signées par l’artiste) en précommande.

tadam

collective

Affiche TADAM 11 juin 2022

TADAM, exposition inaugurale de FECIT, programmée le 11 Juin 2022. Le fil qui relie les artistes présentés est la musique, qu’ils la pratiquent, la citent, s’impliquent dans des productions musicales ou sonores ou tout simplement qu’ils ressentent le besoin impérieux d’être accompagnés par la musique lorsqu’ils travaillent.

Commissariat : Sophie Hasslauer

11.06 – 23.07 – 2022

Liste des artistes

– Bertille Bak
– Aziyadé Baudouin Talec
– Pierre Beloüin
– Charles-Henry Fertin
– Sophie Hasslauer
– Lebel et Le Goff
– Cécile le Talec
– Arnaud Maguet
– Laurent Montaron
– Nicolas Moulin
– Jean Luc Verna
– Milie Voilà